Bio

Capture d_écran 2018-01-22 à 11.35.05

Auteur de fictions, Antoine Dole esquisse à chaque nouvel opus une vision crue de sa génération. Après les polémiques suscitées en 2008 par son premier roman, Je reviens de mourir (Éditions Sarbacane), il publie Laisse brûler en mars 2010 (Éditions Sarbacane), ainsi que « Fly Girls » (Éditions Au Diable Vauvert) qu’il cosigne avec la rappeuse Sté Strausz. L’auteur continue son exploration d’une société faite d’incommunicabilité et de solitude dans « K-Cendres », son troisième roman, épopée médiatique d’une jeune star du rap confrontée aux dérives de l’industrie. En janvier 2013, il publie « A copier cent fois » (Editions Sarbacane), un court roman salué par la critique, sur les violences scolaires.

En 2012, sous le pseudonyme Mr Tan, Antoine Dole crée le personnage de bande-dessinée Mortelle Adèle aux éditions Tourbillon, dont il écrit tous les scénarios. Sous le même pseudonyme, il lance également la série « Zoé Super » pour le magazine MANON (Milan Presse) puis en 2013 son spin-off, « Karen 2.0 », pour le magazine JULIE (Milan Presse). En 2015, il poursuit en créant la série « Manoir Croquignole » pour Milan Editions, et la série « Shaker Monster » pour les éditions Gallimard BD, ainsi qu’une nouvelle héroïne pour le magazine MANON (Milan Presse), « Ocarina Marina ».

En 2014, Antoine Dole fait son entrée au catalogue des éditions Actes Sud avec le roman « Ce qui ne nous tue pas » (Editions Actes Sud Junior), récit de la rencontre improbable de deux solitudes sous le signe d’une douceur inaccoutumée dans l’univers singulier de l’auteur. Il continue d’explorer la solitude adolescente en 2015 avec le roman « Tout foutre en l’air » (Coll. D’une Seule Voix, Editions Actes Sud Junior), puis ouvre son écriture aux jeunes lecteurs, la même année, avec le récit « Le baiser du mammouth » (Editions Actes Sud Junior). En 2017 il publie son nouveau roman young adults, « Naissance des coeurs de pierre », qui remporte la mention spéciale du jury du Prix Vendredi. 

Fondateur du collectif En attendant l’Or, qui réunit de jeunes auteurs issus de différents pays (France, Québec, Angleterre, États-Unis, …) et dont deux recueils sont disponibles en librairies, il collabore également avec différents artistes de la scène Hip-hop, dont la rappeuse Sté Strausz avec qui il a coécrit l’ouvrage « Fly Girls » (Éditions Au Diable Vauvert).

Antoine Dole collabore avec plusieurs illustrateurs, dont Camille Roy, Aurore Damant, Juliette Inigo, Mathilde Domecq, Diane Le Feyer, Miss Paty, Paul Drouin ou encore Baptiste Amsallem.

En 2015, Antoine Dole publie « Konnichiwa Martin ! » dans la collection Boomerang des Editions du Rouergue. Ce récit est accompagné du texte « Salut Hikaru ! » de l’auteur Gilles Abier. Ce court roman est l’occasion d’aborder la passion de l’auteur pour le Japon, qu’il explorera ensuite à travers différents mangas (dont 4LIFE, Glénat Manga), mais aussi le roman choral « Ueno Park » aux éditions Actes Sud Junior et l’album « Les jours heureux » chez Nobi Nobi Editions.

 

Ce qu’ils en disent : 

« Antoine Dole est un écrivain sensible, inspiré, l’oeil perçant et l’oreille fine. Ses romans sont de puissants baromètres de l’époque, exercice de lucidité au rasoir, littérature de l’urgence, chant d’amour désespéré, dans lequel les adolescents ne seront pas les seuls à se reconnaître. »
Télérama
« A la fois noire et poétique, une écriture puissante. »
Psychologies Magazine 

« Antoine Dole dessine un portrait poétique et violent de sa génération. Il n’en finit pas d’ausculter cette société où l’aliénation et l’isolement fusionnent mais où un sentiment est à lui seul, capable de déplacer des montagnes. »
ELLE

« Antoine Dole dresse un portrait au vitriol de notre société incapable d’aider ses enfants à grandir. »
Le Figaro Magazine 

« Après de tonitruants débuts dans l’écriture (Je reviens de mourir, Laisse brûler, K-Cendres, tous chez Sarbacane), Antoine Dole n’assagit pas son écriture radicale ! »
Le Monde

« L’écriture à la fois sensible et fébrile d’Antoine Dole saisit au plus près la métamorphose des coeurs cabossés ».
Phosphore Magazine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s