Bio

60026167_2546615352038436_590083297644642304_n

Littérature 

Antoine Dole suscite des polémiques dès la parution de son premier roman, Je reviens de mourir en 2008 (Éditions Sarbacane). Il impose d’entrée, avec ce roman, une écriture frontale dans le paysage de la littérature française pour jeunes adultes. Il publie ensuite Laisse brûler en mars 2010 (Éditions Sarbacane) que l’auteur décrit comme un pendant de son premier roman, ainsi que le recueil Fly Girls (Éditions Au Diable Vauvert) la même année, qu’il cosigne avec la rappeuse Sté Strausz. De cette rencontre naîtra également K-Cendres, son troisième roman, épopée médiatique d’une jeune star du rap confrontée aux dérives de l’industrie musicale. En janvier 2013, Antoine Dole continue son exploration d’une société faite d’incommunicabilité et de solitude dans À copier cent fois (Éditions Sarbacane), un court récit sur les violences scolaires qui lui permettra de réaliser de nombreuses rencontres dans les collèges de France.

En 2014, Antoine Dole fait son entrée au catalogue des éditions Actes Sud avec le roman Ce qui ne nous tue pas (collection Junior), récit de la rencontre improbable de deux solitudes. Il continue en 2015 avec le roman Tout foutre en l’air (Coll. D’une Seule Voix, Actes Sud Junior), avant d’ouvrir son écriture aux jeunes lecteurs, la même année, avec le récit Le baiser du mammouth (Actes Sud Junior). Suivront deux ouvrages, Mon cœur caméléon, et l’album Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver, lauréat du Prix Folies d’Encre jeunesse 2016 et du prix Libr’à Nous 2017 catégorie Album Jeunesse, qui connait deux suites Comment élever le monstre du placard (2019) et Avec le monstre du placard ça déménage (2020).

En 2017 sort son neuvième roman, Naissance des cœurs de pierre, chez Actes Sud Junior, qui reçoit la même année la mention spéciale du jury pour la première édition du Prix Vendredi, surnommé « Le Goncourt de la littérature jeunesse », qui récompense un ouvrage jeunesse pour public adolescent. L’année suivante, son roman « Ueno Park », où l’auteur s’inspire de ses différents voyages au Japon pour brosser huit portraits de la solitude adolescente, est sélectionné parmi les Pépites du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil 2018, et la sélection des Pépites internationales 2019 de l’Institut Français.

En 2020, il publie Météore (Editions Actes Sud Junior), un roman qui aborde la question de la transidentité.

Six pieds sur terre, son premier roman de littérature générale, parait en 2021 dans la collection L’Incendie, aux éditions Robert Laffont.

Bande-dessinée 

En 2012, sous le pseudonyme Mr Tan, Antoine Dole crée le personnage de bande dessinée Mortelle Adèle aux éditions Tourbillon. La série connait un succès immédiat. En 2020, les ventes de la série dépasse les 5 millions d’exemplaires écoulés.

Sous le même pseudonyme, l’auteur a également créé différents personnages pour des magazines du groupe Milan Presse, dont Zoé Super, Karen Diablo ou encore Ocarina Marina de 2011 à 2018.
En 2015, il poursuit en créant la série Manoir Croquignole pour Milan Éditions, et la série Shaker Monster pour les éditions Gallimard BD.
En 2018, il crée la série 109 rue des Soupirs chez Casterman, et la série Simon Portepoisse chez Actes Sud Junior.
En 2018, l’auteur publie également son premier manga, la série 4LIFE, dont il est scénariste, aux éditions Glénat Manga, avec Vinhnyu au dessin. Il poursuit en 2020 avec la publication du manga Jizo en collaboration avec la mangaka japonaise Mato.

Illustration

En 2021, l’auteur publie Gadou, un personnage né de ses différents voyages en Asie. Deux ouvrages « Gadou fait tout » et « Gadou découvre le Japon » marquent les débuts de ce nouveau héros en librairie, ainsi qu’une collaboration avec la marque Poppik.

En 2021, il publie également l’album « Un jour je te porterai chance » aux éditions Actes Sud Junior dans lequel un petit maneki neko adresse une déclaration d’amitié au jeune garçon qui l’a reçu en cadeau.

Photographie

Depuis 2014, l’auteur partage régulièrement ses clichés de figurines sur les réseaux sociaux sous le label Nendo Stories. La Toy Photography lui permet d’explorer un univers miniature à travers des mises en scène et décors dépeignant un quotidien où la culture japonaise occupe une grande place. Deux livres sont nés de ces travaux : « Nendo Stories » en juillet 2017 (Editions Omake Books), et « Nendo Stories : A Life in Toy Photography » en juillet 2019 (Editions Glénat).

Traduction

Les ouvrages d’Antoine Dole sont traduits dans différents pays, dont l’Espagne, la Corée du Sud, l’Italie, la Pologne, L’Ukraine, la Russie, l’Arménie ou encore la Chine.

Collectif

Fondateur du collectif En attendant l’Or, qui réunit de jeunes auteurs issus de différents pays (France, Québec, Angleterre, États-Unis…) dont deux recueils disponibles en librairies, il collabore également avec différents artistes de la scène Hip-hop, dont la rappeuse Sté Strausz avec qui il a coécrit l’ouvrage Fly Girls.

Il collabore avec plusieurs illustrateurs, sous le nom d’Antoine Dole ou sous le pseudonyme de Mr Tan, dont Diane le Feyer, Yomgui Dumont, Mato, Bruno Salamone, Vinhnyu, Camille Roy, Caroline Hue, Aurore Damant, Miss Paty, Juliette Inigo, Mathilde Domecq, Stan Silas, Paco Sardo, Paul Drouin ou encore Baptiste Amsallem.

En 2015, il publie Konnichiwa Martin ! dans la collection Boomerang des Éditions du Rouergue. Ce récit est accompagné du texte Salut Hikaru ! de l’auteur Gilles Abier.

En 2017, il participe également à l’ouvrage 16 nuances de première fois, recueil de nouvelles codirigé par Séverine Vidal et Manu Causse pour les éditions Eyrolles.

En 2020, il co-fonde le Prix Cendres, en hommage à l’autrice Axl Cendres décédée un an plus tôt.

Ce qu’ils en disent : 

« Antoine Dole est un écrivain sensible, inspiré, l’oeil perçant et l’oreille fine. Ses romans sont de puissants baromètres de l’époque, exercice de lucidité au rasoir, littérature de l’urgence, chant d’amour désespéré, dans lequel les adolescents ne seront pas les seuls à se reconnaître. »
Télérama

« A la fois noire et poétique, une écriture puissante. »
Psychologies Magazine 

« Antoine Dole dessine un portrait poétique et violent de sa génération. Il n’en finit pas d’ausculter cette société où l’aliénation et l’isolement fusionnent mais où un sentiment est à lui seul, capable de déplacer des montagnes. »
ELLE

« Antoine Dole dresse un portrait au vitriol de notre société incapable d’aider ses enfants à grandir. »
Le Figaro Magazine 

« Après de tonitruants débuts dans l’écriture (Je reviens de mourir, Laisse brûler, K-Cendres), Antoine Dole n’assagit pas son écriture radicale ! »
Le Monde

« L’écriture à la fois sensible et fébrile d’Antoine Dole saisit au plus près la métamorphose des coeurs cabossés ».
Phosphore Magazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s